Point Break, le film, le braquage et le culte

Depuis ses débuts à l’été 1991, le film d’action « Point Break » a développé un culte que je ne parviens pas à expliquer pleinement.

Après tout, le film dans lequel Johnny Utah (Keanu Reeves), agent du FBI, a infiltré un groupe de voleurs de banque mené par l’énigmatique et Zen Bodhi (Patrick Swayze) pour les faire tomber, était à l’époque déjà daté et le temps ne lui a rendu aucun service.

Pour être honnête, c’était stupide, mais certainement pas ennuyeux et la réalisatrice Kathryn Bigelow (qui a fait de grands films comme « Strange Days » et « The Hurt Locker ») a géré les séquences d’action d’une manière tellement saisissante (surtout dans une extraordinaire scène de poursuite à travers un quartier résidentiel qui est toujours épatante à regarder) que vous avez pu vous convaincre presque à certains moments que le film était un chef d’oeuvre du type. 25 ans plus tard, nous avons eu la chance d’avoir un remake de « Point Break » qui n’a rien à voir avec les sensations viscérales ou le charisme apparent de l’original et qui ne pourrait pas être plus terne même s’il essayait.

Encore une fois, notre héros est Johnny Utah (Luke Bracey), un passionné de sports extrêmes qui a souffert d’une grande tragédie – une tragédie qui ressemble plus à une parodie de l’ouverture de « Cliffhanger » qu’à autre chose – qui l’inspire à quitter ce sport pour devenir un agent du FBI.

Pour son premier cas, il est chargé d’enquêter sur une paire de cambriolages étranges à Mumbai et au Mexique, où d’énormes conglomérats américains sont cambriolés par des gens dont les cambriolages sont accompagnés de cascades sauvages (comme le fait de faire de la moto dans les étages supérieurs des gratte-ciel et du parachutisme depuis un immeuble) et qui semblent distribuer leurs gains mal acquis aux pauvres.

La section du FIB de l’Utah a découvert que les auteurs de ces crimes sont des athlètes de sports extrêmes dont le parcours criminel ressemble à celui du tristement célèbre Ozaki Eight – une collection de huit défis extrêmes (il va sans dire que le mot « extrême » est souvent utilisé ici) que l’activiste écologiste Ozaki Ono a conçus à travers le monde pour honorer la beauté et la puissance de la nature, le tout pour finir avec des airs de réfugié dans un vieux spot publicité de Mountain Dew. Considérant qu’Ono lui-même est supposé être mort pendant le troisième défi, vous pouvez dire que l’intérêt des défis n’est pas mère nature mais bien la recherche de danger et d’adrénaline.

Le plan brillant du nouvel officier du FIB est d’infiltrer le gang et de découvrir où ils se dirigent – la plupart de ses supérieurs pensent que son idée est stupide, mais comme il a déjà l’expérience et la notoriété nécessaires, son patron (Delroy Lindo) le laisse faire.

Utah rattrape ses suspects au large des côtes du sud de la France juste à temps pour une compétition de surf, où il le sent immédiatement submergé par le talent des autres surfeurs et se noie presque. Il est secouru par Bodhi (Edgar Ramirez) et heureusement pour lui, son sauveur s’avère être le chef d’un groupe qui tente de faire les Huit Ozaki tout en réalisant des vols élaborés pour redonner leur butin au pauvre et financer leurs voyage autour du monde.

Alors que le contact d’Utah (Ray Winstone) craint qu’il s’approche trop près de sa cible, Utah accompagne Bodhi et la bande alors qu’ils partent faire du base jump, survolent des canyons en wingsuits et font du snowboard sur une montagne. Il se livre aussi à une autre forme de sport extrême avec Samsara (Teresa Palmer) mais je ne pense pas que cette activité compte pour le huit. Bien sûr, tout va bien et le groupe s’amuse jusqu’à ce que Bodhi & Co. décident d’aller faire exploser une mine d’or. Utah, enfin rappelé qu’il a un travail à faire, poursuit Bodhi au Venezuela pour l’arrêter avant qu’il puisse terminer les huit défis et disparaître à jamais.

Le film original « Point Break » était peut-être un film spectaculairement stupide, mais au moins il était simple et direct. Ici, le scénario de Kurt Wimmer serpente un peu partout et est tellement préoccupé par le fait de permettre à Bodhi de faire les Huit Ozaki qu’il néglige d’expliquer adéquatement quels sont les défis ou ce qu’ils sont censés représenter. Quant aux scènes d’action elles-mêmes, elles ne sont guère plus qu’un assemblage sur-édité de séquences aléatoires qui ne donnent que rarement au spectateur une idée de ce qui se passe – non seulement elles ne sont pas à la hauteur des normes incroyablement élevées fixées par « Mad Max : Fury Road« , mais elles ne sont même pas à la hauteur des sensations fournies par un film comme « Carol ».

Il y a des moments, en fait, où il semble qu’il y ait un sérieux décalage entre le réalisateur Ericson Core et son directeur de la photographie quant à la façon de présenter l’action – c’est d’autant plus bizarre que Core a été son propre directeur de la photographie.

Quant au lien bizarre entre le poursuivant et le poursuivi qui a alimenté le film original, ce remake a un manque total d’alchimie entre les étoiles. En incarnant Utah, Bracey ne parvient pas à se rapprocher de la gravité du début des années 90 et de l’intensité de Keanu Reeves – il a toujours l’air d’un enfant comme s’il devait jouer dans un de ces horribles « Epic Movie » comme dans une mauvaise blague filmée pour internet.